Agenda

Retrouvez toutes les manifestations de Mauzé-sur-le-Mignonse_module_calendrier_97 - style=default - background=
<<   201608<20177 août 2017 >20179   >>201808
l m m j v s d
  /component/allevents/display/event/default/166-amicale-des-donneurs-de-sang-collecte-de-sang-70
1
Amicale des donneurs de sang – Collecte de sang
mardi 1 août 2017
2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 /component/allevents/display/event/default/167-foyer-rural-du-petit-breuil-mechoui
26
Foyer rural du Petit Breuil - Méchoui
samedi 26 août 2017
27
28 29 30 31      
97201708

René Caillié

René Caillié (1799 - 1838).

« C'est un rêve, n'est-ce pas, mes aventures ? »

René Caillié, né le 19 novembre 1799 à Mauzé-sur-le-Mignon (Deux-Sèvres) et mort le 17 mai 1838 à la Gripperie de Saint-Symphorien (Charente-Maritime), est un explorateur français, devenu connu après avoir été le premier Occidental à revenir de la ville de Tombouctou, au Mali. Sa ville natale, Mauzé-sur-le-Mignon organise chaque année la Fête à Caillié et le Festival de l'aventure individuelle où est décerné le prix René Caillié des écrits de voyage ainsi qu'une bourse de l'aventure.

rene-caillle

René Caillé. 1825

L'explorateur

Son périple au Mali Désirant parcourir des terres inconnues, il quitte la France en 1816, mais ne réalise son rêve que onze ans plus tard. Il connaît d'abord deux échecs, doit revenir en France. Enfin, il se rend chez les Maures braknas, dans l'actuelle Mauritanie, d'août 1824 à mai 1825, pour apprendre la langue arabe et la religion musulmane. Comme l'a fait Jean Louis Burckhardt avant lui au Levant, il s'invente une nouvelle identité de musulman, qu'il endossera durant son voyage pour éviter de se faire tuer. Après avoir appris l'existence du prix qu'offrirait la Société de géographie au premier Européen qui pénètrerait dans la ville de Tombouctou rendue mythique par les récits des voyageurs arabes du Moyen Âge et interdite aux chrétiens, il décide de partir, seul, par ses propres moyens, sans aide financière, sans escorte militaire, se faisant passer pour un humble lettré musulman. Parti de Boké en Guinée, le 19 avril 1827, il est ensuite retenu cinq mois - gravement atteint du scorbut - à Tiemé dans l'actuelle Côte d'Ivoire. Enfin, il atteint le 20 avril 1828, Tombouctou, il est déçu de trouver une cité tombant quelque peu en ruines, c'est finalement Fès qu'il qualifie de « la ville la plus belle qu'il ait vue en Afrique ».
periple-mali